D'un seul style, avec galeries à arcades. (Elles n'existent pas.) Ne pouvant nous saisir sur-le-champ de cette éternité. C'était bien plus triste qu'un deuil.

Et les bêtes féroces et les armées. Même des cercueils sous leur dais de nuit. Très loin dans les chemins. La féerie manœuvre au sommet d'un amphithéâtre couronné de taillis.

C'est la vraie marche. L'éclairage revient à l'arbre de bâtisse. Des glaciers, des lavoirs entourés de peupliers d'Allemagne. L'eau était morte.

Ah ! que le temps vienne où les cœurs s'éprennent ! À une distance énorme au-dessus de mon salon souterrain. Les fleurs rouies. Que je renonce à me faire une idée des aventuriers d'ici.

On m'a enseigné les sciences classiques. La joie du travail nouveau, sous une brise épaisse. Viens ! les vins sont aux plages. Horizons sont à la toilette rouge de l'orage !

Tachées de lies brunes, tes joues se creusent. Parez-vous, dansez, riez. Ô cent agneaux, de l'idylle soldats blonds. La musique des anciens.

Dans des réduits ménagés sur les plafonds. Contre notre face, et fait l'abîme fleurant et bleu là-dessous. Ô joli château ! Se peut-il qu'Elle me fasse pardonner.

Tes yeux, des boules précieuses, remuent. Et commence la nouvelle harmonie. L'épouse aux yeux bleus, l'homme au front rouge, ô Gaule. Et faire abandon de ses jambes !

Le matin où, avec Elle, vous vous débattîtes parmi ces éclats. Mais ce Prince décéda, dans son palais, à un âge ordinaire. Défilé de féeries. Qu'emporte, non sans aimer les liserons, cette religieuse.

Où les gentilshommes sauvages chassent leurs chroniques. Ma sagesse est aussi dédaignée que le chaos. En une plage pour deux enfants fidèles. Dans la Bible et par les Nornes.

Le Génie était le Prince. Avec les lignes du ciment en relief. Ô rumeurs et Visions ! Muet, tout drame et toute comédie.

Et les façades circulaires. La réalité étant trop épineuse pour mon grand caractère. Et, tandis que la bande, en haut du tableau, est formée. Le sang ! le sang ! la flamme d'or !

Mènent par les lumières inouïes. Qui n'a que l'image de la Notre-Dame. Là, la moralité des êtres actuels se décorpore. Et de fines verges de rubis entourent la rose d'eau.

En effet ils furent rois toute une matinée. Du temps des Amies et de son éducation incomplète. De neige, ces lèvres vertes, ces glaces, ces drapeaux noirs. L'air et le monde point cherchés.

Cette promesse, cette démence ! La main de la compagne sur mon épaule. Fin de l'Idylle. Cherchant la fortune chimique personnelle.

J'observe l'histoire des trésors que vous trouvâtes. L'orage d'abord jette ses larges gouttes. Leur stock d'études. Décors quelconques, des élévations harmoniques se joignent.

Et des mouvements de fraternité sociale soient chéris. Les camps d'ombre ne quittaient pas la route du bois. Un rayon blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie. Des corporations de chanteurs géants accourent.

Ô saisons, ô châteaux. Ta tête se retourne. Ô terrible frisson des amours novices. Comme des Carrosses anciens.

Mais plus alors. Et des cercles de musique sourde font monter, s'élargir et trembler. En sa passion ou en son action. Des talus de parcs singuliers.

Et, une heure, je suis descendu dans le mouvement. Il y a une horloge qui ne sonne pas. Je courus aux champs, âne, claironnant et brandissant mon grief. La main d'un maître anime le clavecin des prés.

Show older
botsin.space

A Mastodon instance for bots and bot allies.